Histoires de chiens

27 juillet 2018

Rencontres originales en Bavière

 

Chacun vit sa vie comme il l’entend avec son chien !

Voici des témoignages

de quelques rencontres qui valaient bien une photo (juin 2018)

chien Fussen blog

chien Grossklockner blog

chien Berchesgaden blog

 

 

Posté par latitude à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 avril 2018

Souvenir d'AZERBAÏDJAN

 

Lors d’un voyage en Azerbaïdjan en 2016, j’ai visité un musée dans lequel il y avait une exposition temporaire intitulée « From waste to Art » c’est-à-dire « Des déchets à l’Art » et j’ai été subjuguée par les œuvres de Nirit Levav, une Israélienne qui fait des sculptures à partir de vieilles chaînes de vélo.

Cliquez sur l’image pour découvrir cette artiste !

 

à suivre : page en construction........

 

Posté par latitude à 11:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2017

JE M'APPELAIS CARAMEL

Capture

Posté par latitude à 19:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 octobre 2017

" LES YEUX DU COEUR "

Chien Journal Le Parisien

Il y a quelques jours, j’ai décidé de ranger quelques affaires dans mon grenier. Des objets étaient emballés depuis une éternité dans du papier journal. Par curiosité, je regarde la date et je tombe sur une feuille du Parisien date du 16 mars 1976. Et que vois-je en tout premier ? Une photo représentant un enfant et un chien, un berger allemand.

 

 « LES YEUX DU CŒUR »

L’EMOUVANTE AMITIE DE DEUX INFIRMES :

L’ENFANT ET LE CHIEN

Nous sommes en 1946, dans un village de Vercors. Karim est un gentil garçon d’une douzaine d’années, dont le regard un peu sauvage est souvent voilé par une profonde tristesse : son père est mort au maquis et lui-même, victime d’un choc nerveux au cours d’un bombardement, a perdu l’usage d’un bras et une jambe.

Dans la forêt, à la limite du territoire des hommes, un autre infirme vit difficilement une vie sauvage, pleine d’embûches que son flair et son instinct lui font déjouer, c’est « Schupo », le berger allemand, abandonné, blessé 2 ans plus tôt par son maître SS.

« Schupo » est connu et redouté des habitants du village et le « chien fou », c’est ainsi qu’on le nomme, alimente les conversations, le soir, autour des tables familiales. Karim, lui aussi un peu « chien perdu », ressent affectivement la solitude de Schupo et comprend son malheur. Mais laissons Jean-Louis Cotte rapporter la scène où, pour la première fois, Schupo acceptera la présence et la caresse de l’enfant.

« Depuis le retour des beaux jours, Karim a pris l’habitude de rendre chaque soir en forêt afin d’y nourrir le « chien fou ». A peine atteint-il les premiers sapins immobiles et sombres dans la splendeur dorée des crépuscules de montagne, que Schupo a, de très loin, deviné son approche. Karim sifflote, s’assied, se met à parler doucement avec son infinie patience d’infirme. Il sait que l’animal est là.

Ces gestes calmes, cette voix humaine à la fois monocorde et paisible, cette présence répétée et étrangement rassurante, troublent Schupo et l’attirent invinciblement. Un soir, enfin, il se décide à l’approcher. Karim qui a entendu le pas léger à travers les fougères, murmure :

-      Schupo, mon chien, je voudrais que tu sois mon ami… Le chien s’enhardit jusqu’à oublier de maintenir entre lui et l’enfant la traditionnelle « distance de fuite ».

Il se rapproche encore et vient flairer les genoux de Karim. Lentement, tout en continuant de parler, l’enfant infirme étend sa main valide. L’espace d’une seconde, il ressent sous ses doigts le dur pelage de l’animal qui, très vite, se crispe mais reste sur place. Karim insiste avec patience et douceur :

-      N’aie pas peur Schupo, j’ai besoin de toi autant que toi-même tu as besoin de moi. 

Le soir vient enfin où il se couche aux pieds de l’enfant, où sa rude tête s’abandonne à la douce, désormais indispensable caresse humaine. Eperdument, son regard fixe celui de l’enfant qui lui sourit. En cet instant unique le pacte ancestral entre l’homme et la bête vient de reprendre ». 

Mais les histoires de hommes ne ressemblent jamais tout à fait aux contes de fées.

Un jour, le grand Gustave, fier-à-bras du village, vainqueur, comme toujours, du concours des chiens de troupeaux, fête son triomphe, au guidon d’une terrifiante moto. Ivre de vin et d’orgueil, il lance son engin à toute vitesse et ne peut éviter Schupo. Karim se précipite pour secourir son ami, inerte, qui gémit doucement. Schupo guérira, entouré des soins de tous ceux qui sont devenus ses amis. Il guérira, certes, mais il restera aveugle.

Karim surmonte, une fois encore, sa peine, quand il se rend compte que, malgré sa cécité, Schupo est heureux désormais, entouré de l’affection de tout le village et surtout de la vigilante présence de son jeune maître. Et puis, la puissance de l’instinct est telle que Schupo, privé d’yeux, a encore développé son merveilleux flair, en compensation de son infirmité. Un jour, lui aussi, aidé par un de ses congénères, il apprend malgré sa cécité à garder le troupeau : les yeux du cœur ont remplacé les autres !

Un beau titre, une belle histoire, un beau film.

Posté par latitude à 13:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 novembre 2016

Souvenirs de BIRMANIE !

Voici quelques nouvelles photos

datant de décembre 2015 prises en Birmanie

et que j’ai envie de partager avec vous !

hé oui la pagode c'est ma maisonde temps en temps malheureusement c'est nécessaireparles tu birmanj'ai de bons maîtres

mes maîtres pensent toujours à mettre un bol d'eaurencontredormir le jour et fureter la nuit

Cliquez sur les images pour les agrandir et lire les légendes !

Posté par latitude à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 juillet 2016

Le berger du Caucase

Carte de la Géorgie

La Géorgie est un pays montagneux et subtropical ayant des frontières  avec 4 pays : la Russie au nord, l'Azerbaïdjan à l'est, l'Arménie au sud et la Turquie au sud-ouest. À l'ouest, le pays est bordé par la mer Noire. La population est de 3,7 millions d'habitants selon le recensement de novembre 2014.

Le pays est principalement montagneux et au nord, la frontière russe est une véritable frontière naturelle composée d'une grande chaîne de montagnes, le Grand Caucase, par opposition au Petit Caucase, qui occupe la partie sud du pays. Les 3ème et 4ème plus hauts sommets du Caucase avec le mont Chkhara (5 058 m) et le Kazbek (5 047 m) se trouvent en Géorgie.

Le gardien du troupeau

Dragor

C’est à ce pays que, mon mari et moi-même, nous nous sommes intéressés il y a 2 ans maintenant et c’est lors du voyage en 2015 que j’ai rencontré une race de chiens très impressionnants : le berger du Caucase, chien de garde et de défense.

Les bergers du Caucase sont des chiens de taille supérieure à la moyenne, de constitution robuste voire grossière, ils sont mordants et méfiants envers les étrangers. Ce sont des chiens endurants qui ont la faculté de s’adapter à des conditions thermiques et climatiques variées.

Cette race a eu tendance à disparaître avec la diminution des troupeaux en alpage mais des puristes ont réagi avant que la race ne disparaisse et l’on retrouve des bergers du Caucase au travail mais aussi comme chiens de compagnie (à la campagne bien sûr !). Ce sont de gros nounours que l’on peut caresser mais attention ils ont tendance à être très « envahissants » et on « ne fait pas le poids » !

Nadine et Elurka

Posté par latitude à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mars 2016

MINGALABAR ! Bonjour, en birman.

Sommeil du juste

Regardez comme il est beau !

Décembre 2015 m’a ramenée pour mon plus grand plaisir en Birmanie, des prises de vues à faire pour terminer un film.

Et pour mon plus grand plaisir aussi retrouver tous ces chiens en Birmanie qui se promènent tranquillement dans les rues ou se reposent là où le sommeil les prend.

Des chiens, il y en a partout. Toute maison à son chien (ou plusieurs) qui fait son travail de ratier et qui mange les restes alimentaires quotidiens. Le chien n’est jamais brutalisé, jamais chassé et même s’il occupe une marche dans la montée de la pagode, on l’enjambera !

En contrepartie, toute liberté leur est laissée et il n’y a bien sûr aucun contrôle sur la reproduction ce qui engendre les problèmes que l’on peut imaginer...

Chien de maison

En chaise longue

Méditation

Protecteur

Repos mérité

Posté par latitude à 19:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 octobre 2015

ULUKHAKTOK (Arctique canadien) - ETE 2015

 

Les temps changent !

Une phrase sans originalité. C’est pourtant un constat que j’ai fait cet été à Ulukhaktok dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada.

La vie dans cette communauté inuite est la même que dans tout le reste du Canada : maisons bien équipées, bien chauffées, Internet, téléphones portables...

Les traditions se perdent petit à petit bien que des prises de conscience aient permis de sauvegarder la langue, l’essence même d’un peuple.

Ce qui est vraiment en train de disparaître ce sont les chiens de traîneau. Et c’est tant mieux car maintenant que les Inuit se déplacent en quads, les chiens deviennent moins « utiles » et les Inuit « oublient » parfois de nourrir leurs chiens. Il faut dire que les jeunes n’ont plus envie d’aller sur la banquise pêcher et chasser le phoque pour nourrir les chiens.

Alors tout se calque sur le mode de vie occidental et c’est ainsi que j’ai vu (ce n’était pas la première fois en Arctique) une Inuk avec un Shih Tzu !!! Pourvu qu’elle ne le laisse pas dehors cet hiver.

Ulukhaktok 1

Voyez cette autre photo : c’est Wilma. Elle a 3 mois et elle vient d’être achetée par un Inuk qui, lui, a envie de mettre en route un équipage de chiens et qui a décelé chez cette petite femelle les qualités requises pour en faire son chien de tête, le chien le plus intelligent de la meute et le plus proche du maître (le chien de tête est 9 fois sur 10 une femelle).Ulukhaktok 2

 

 

 

 

 

 

J’avais sympathisé avec cette chienne blanche l’année dernière et je l’avais appelée « Ulu », je la retrouve avec bonheur !

 

Nadine et la chienne Ulu

 

 

 

 

 

 

 

 

.
.
.
.
.
.
/
/
/
/
/

 

 

 

 

Posté par latitude à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

09 août 2015

LE CIMETIERE POUR ANIMAUX D'ASNIERES-SUR-SEINE - Fin

Quelques tombes,

témoignages émouvants...

Souvenirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par latitude à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 juillet 2015

LE CIMETIERE POUR ANIMAUX D'ASNIERES-SUR-SEINE - 3

Les chiens de guerre sont les chiens utilisés dans un cadre militaire, quelle qu’en soit sa nature. Ils ont une longue et ancienne utilisation dans l'histoire militaire, employés comme chien de combat, chien de garde, de courrier, chien de détection ou de pistage, voire chien antichar. Leur usage a changé avec l'évolution des techniques de guerre et l'évolution du respect des animaux, mais le chien continue d'être utilisé de nos jours.

Une émouvante cérémonie s'est déroulée samedi 11 mars 2006 au cimetière des chiens d'Asnières-sur-Seine où une stèle a été élevée à la mémoire du chien MOUSTACHE, héros des guerres napoléoniennes, emporté par un boulet de canon au siège de Badajoz (Espagne), le 11 mars 1811.

Un authentique chien barbet, symbolisant Moustache y a reçu une médaille commémorative.

A l'issue de discours émouvants, une plaque fut dévoilée. On peut y lire:

Plaque en souvenir du chien Moustache

 195 ans après sa mort glorieuse, le chien MOUSTACHE a enfin son nom inscrit sur l'Arc de Triomphe de la postérité. Lui qui fut distingué par le maréchal Lannes, qui fut présenté à l'Empereur qu'il salua militairement, dit-on, en élevant une patte à hauteur d'oreille, lui qui foula les champs de bataille de Marengo, d'Austerlitz, de Iéna, et de bien d'autres, avait décidément de drôles de terrains de jeux. Ceux des hommes...

Moustache, une nuit qu'il campait avec son régiment au-dessous d'Alexandrie, évita une surprise, donna l'éveil et fit prendre les armes. Grâce à sa vigilance l'ennemi fut repoussé. En récompense on l'inscrivit sur les contrôles du corps avec le droit de recevoir chaque jour une portion de grenadier. Le perruquier de la compagnie reçut l'ordre de le tondre et de le peigner une fois par semaine. Il fut blessé d'un coup de baïonnette et il boitait encore le jour de la bataille de Marengo, ce qui ne l'empêcha pas d'attaquer un dogue autrichien qu'il allait étrangler quand une balle vint abattre son ennemi. A Austerlitz, Moustache défend un porte-étendard et après la mort du soldat rapporte les lambeaux déchiquetés du drapeau.

Ce jour il revint la patte cassée; mais on assure que Lannes, en récompense de sa glorieuse action, lui fit attacher au cou une médaille retenue par un ruban rouge et relatant sa conduite.

Hommage à un Chien de guerre

Hommage à un autre chien de guerre : "Mémère"...

Chien de guerre

Ci-dessous plaque en souvenir du chien " Drapeau "

IMG_1984

 

 

 

Posté par latitude à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,